La punchline du Lundi : Casseurs Flowters – Vizioz

par Bonnie

Le Mor­ceau : C’est le track Bonus de l’album des Cas­seurs Flow­ter (Gringe & Orel­san) qui est dis­po­nible avec la ver­sion Itunes. Ici, c’est une pun­chline tirée du texte d’Orelsan dont on parle. Dans ce mor­ceau les deux rap­peurs enfin des­ti­tués de leur titre de groupe le moins pro­duc­tif de tous les temps se jette enfin dans l’égotrip avec un plai­sir com­mu­ni­ca­tif. En effet, l’album étant le récit de leur jour­née, il laisse peu de place à ce type de rap. Pour­tant, les deux extra-ter­restres du rap Game ont tenu à livrer ce mor­ceau en bonus un peu comme pour dire : « Nous aus­si on sait le faire… Et mieux que vous. »
D’ailleurs…
« Jette-leur les restes pour les exciter….. /
Mais avant, décime-les, déchire-les, déprime-les, périme-les, termine-les /
Montre-leur c’que ça fait d’ki­cker, fait-leur regret­ter d’exister /
Qu’ils n’puissent  plus jamais sor­tir une seule phrase de merde sans hési­ter !  » Cas­seurs-Flow­ters – Vizioz
Le sens : Cette phase se démarque par la rage qu’elle dégage ! Orel veut taper fort et annonce la cou­leur dès l’entrée de son cou­plet alors que Gringe nous a déjà lais­sé per­plexe avec un cou­plet truf­fé de Pun­chlines et de diverses réfé­rences (tout ça enro­bé d’un flow ter­rible). C’est aus­si la force des Cas­seurs-Flow­ters, pas de répit pour l’auditeur !
En fait, c’est la base de l’égotrip, Orel­san veut tout sim­ple­ment être le meilleur, sup­plan­ter tout le monde. Comme on l’apprend juste après dans le texte, il énonce ici ce qu’il se dit avant d’écrire. Ceux d’entre nous, qui comme moi sont éga­le­ment rap­peurs com­prennent ce sen­ti­ment. Mais pas seule­ment, c’est le lot com­mun de tout com­pé­ti­teur, quand on entame un pro­jet, on veut révo­lu­tion­ner notre domaine en géné­ral, appor­ter quelque chose de meilleur et/ou de nou­veau. C’est pour cela que le sen­ti­ment évo­quer par cette Pun­chline frappe tout le monde, et qu’elle consti­tue une par­faite amorce pour le cou­plet qui va suivre… Et quel couplet…
Tech­nique : Ça c’est du mul­ti syl­la­bique ou je ne m’y connais pas ! On observe en 4 phases, pas moins de 9 rimes sur 3 syl­labes : alli­té­ra­tion des sons voyelles « é‑i-é ».
De plus, entre la pre­mière phase et la deuxième, Orel laisse un silence pour enchaî­ner avec un flow rapide inin­ter­rom­pu en conti­nuant dans le champ lexi­cal de la des­truc­tion avec 5 rimes en une phase.
Orel allie Flow, sens, et sur­prise pour nous lais­ser Bouche Bée.
Men­tion spé­ciale pour l’album des Cas­seurs-Flow­ters encore dis­po­nible en maga­sin et sur les pla­te­formes de télé­char­ge­ment légal. Un des plus gros pro­jets d’une année pré­cé­dente riche en sor­tie. L’univers est très fine­ment retrans­crit, on y trouve per­for­mance, talent et humour de la part de cha­cun des com­pères sans dif­fé­rence de niveau : un tan­dem très efficace.
Fond : + + + +
Forme : + + + +
En gros, c’est du lourd !
Bien sûr, tous les avis et inter­pré­ta­tion énon­cés ici sont sub­jec­tifs et tout autre avis peut être pertinent !

À la une