Il y a plusieurs semaines, PLK sortait son projet “Polak” dans les bacs. Un album de présentation dans lequel le rappeur navigue entre La Trap, et le Clouds. L’artiste signé chez Panenka (Georgio, Therapy Taxi) est surtout connu pour être un peu caméléon. Loin de s’en tenir à sous genre en particulier dans le Rap, PLK s’adapte à tous les styles et tous les rappeurs. Dans son dernier album, il tape le featuring avec SCH et Nekfeu deux colosses de l’industrie de Rap mais qui n’ont absolument rien à voir ensemble tant du point de vue du fond que de la forme. Cela témoigne du talent du rappeur d’origine polonaise.

PUMA comme beaucoup de marques des streetwear tente de “marketer” avec des artistes urbains. Rihanna est l’une des ambassadrices de la marque. MHD lui même a signé une collection chez eux. C’est donc en toute logique qu’un rappeur comme PLK très populaires chez les jeunes de 17 à 25 ans a été choisi pour représenter le nouveau “Revival” de la marque. 

Depuis, une dizaine les marques emblématiques de la fin des 90′ (et le style qui va avec) reviennent à la mode comme les pulls “Champion”, ou les survêtements aux couleurs criardes. Cette tendance “très urbaine” et loin du casual chic est visible dans la plupart des pays et donc en France comme aux States.

PUMA a décidé de ressortir une paire qu’on l’on trouvait plus en vente depuis 20 ans : “les Puma Cell Venom”. Dans une vidéo posté sur les réseaux sociaux, la marque s’intéresse à PLK et à son histoire car il représente mieux que personne cette culture urbaine qui finalement nous rattrape.